A la découverte de la production de gelée royale

 

Cette précieuse substance est indispensable au maintien de la colonie. Sa production demande beaucoup d’énergie car elle n’est pas récoltée sur les fleurs comme le pollen ou le nectar mais entièrement fabriquée par les ouvrières. Apprenez-en plus sur l’élixir de jouvence de la reine !

A qui est destinée la gelée royale dans la ruche?

C’est principalement la nourriture de la reine: depuis l’état larvaire jusqu’à la fin de sa vie, la reine sera nourrie exclusivement à la gelée royale.

C’est aussi la nourriture de toutes les larves de la ruche, sans exception, pendant les trois premiers jours de leur vie. Pendant ces trois jours de nourrissement intensif, les larves grossissent à une vitesse incroyable : leur poids est multiplié par 1000!A partir du quatrième jour, les larves de mâles et la plupart des larves de femelles sont nourries avec ce qu’on appelle une bouillie larvaire, composée de pollen fermenté et de nectar. Elles deviendront les faux-bourdons et les ouvrières de la colonie. Seule la larve destinée à être reine recevra de la gelée royale. Cette nourriture royale, une cellule plus allongée et des fonctions hormonales, sont à l’origine de la différenciation de la larve femelle en reine.

Comment la gelée royale est-elle fabriquée par les abeilles?

Ce sont les ouvrières qui ont le secret de la composition de la gelée royale!

Les abeilles du genre Apis sont des abeilles sociales, qui vivent en colonies. Au sein de cette mini-société, les fonctions sont divisées.

La reine et les faux-bourdons assurent la reproduction de la colonie. Les ouvrières sont quant à elles en charge des multiples tâches essentielles à son développement et à sa survie. Elles vont effectuer dans l’ordre, depuis l’émergence de leur cellule: le nettoyage de la ruche, l’alimentation des larves, l’operculation des alvéoles, les soins à la reine et aux autres ouvrières, la ventilation de la ruche, la construction des rayons, la réception du nectar et du pollen, le gardiennage de la ruche et enfin le butinage!

Les trois premiers jours après son émergence, pendant son premier métier de « nettoyeuse des alvéoles », l’ouvrière se nourrit intensément de pollen pour parfaire son développement et sa croissance. Les glandes hypopharyngiennes et mandibulaires, situées toutes les deux dans la tête de l’ouvrière évoluent. Ensemble, les sécrétions de ces glandes composent la gelée royale.

Avant que cette maturation glandulaire n’arrive à son terme, l’ouvrière nourrit les larves d’ouvrières et de faux-bourdons avec la bouillie larvaire. Puis lorsque ses glandes hypopharyngiennes et mandibulaires sont bien développées, elle produit de la gelée royale, toujours à partir du pollen et du nectar récoltés par ses soeurs.

La gelée royale est donc le mélange des sécrétions de ces deux glandes, à partir de pollen et de nectar récoltés par les abeilles sur les fleurs.

Quelle est la composition de la gelée royale?

Le miel et le pollen sont des substances qui constituent l’alimentation de l’abeille pendant toute l’année, le premier apportant les sucres et le second les protéines. Le miel et le pollen pouvant être stockés pendant de longues périodes dans la ruche, les ouvrières font donc diminuer leur teneur en eau pour une meilleure conservation.

La gelée royale, à l’état naturel, ne sera jamais stockée plus de quelques jours dans la ruche. C’est un aliment donné par les ouvrières dès sa sécrétion, soit aux larves soit à la reine.

Par sa composition très complète, la gelée royale apporte tous les éléments nutritifs nécessaires à la croissance des larves et à l’équilibre de la reine:

de l’eau d’abord en grande quantité (entre 60 et 70 %), des sucres ensuite (9-23 %) et des protides (10-18 %) dont une grande partie d’acides aminés, puis des lipides (4-8 %). Le 10-HDA (acide 10-hydroxy-2-décénoïque) est un acide gras spécifique de la gelée royale: c’est un composé qui intéresse beaucoup les chercheurs, et il a été identifié comme responsable d’une activité biologique importante attachée aux stratégies de développement de la colonie.

La gelée royale comporte bien sûr de nombreuses vitamines: B1, B2, B3, acide folique, B5, B6, H ainsi que de faibles quantités de vitamines A, B, D, E; qui jouent toutes un rôle dans le maintien en bon équilibre des organismes. Elle compte aussi des substances minérales et des oligo-éléments: calcium, magnésium, potassium, sodium et zinc entre autres. La littérature scientifique rapporte également la présence d’acétylcholine et de composés antibiotiques actifs sur les Proteus et Escherichia coli B.

Comment la récolte-on ?

Avant tout il faut bien avoir compris le mécanisme de fabrication de la gelée royale pour pouvoir la récolter convenablement. C’est une activité très technique de l’apiculteur et qui nécessite une grande régularité dans le travail. Mais il s’agit aussi d’une passion, que vous êtes invités à partager en images.
A l’état naturel, on peut trouver de la gelée royale dans les cellules royales, contenant les larves de futures reines. Ces cellules étant peu nombreuses dans la ruche; l’apiculteur doit provoquer un élevage important de reines pour obtenir cette substance « en quantité ». Il la récolte tous les 3 jours dans des cellules royales artificielles.
Le greffageTout d’abord, l’apiculteur va chercher dans des ruches spécialement dédiées à la production de larves, de beaux cadres où la reine a pondu il y a moins de 24 heures. Au moment de l’éclosion de l’oeuf, une larve d’abeille ouvrière et une larve de reine sont identiques, c’est la nourriture qui leur est donnée qui détermine la caste. Aussi, l’apiculteur récupère des jeunes larves écloses depuis moins de 24 heures dans les alvéoles du cadre pour leur mettre dans des cellules royales artificielles. Cette étape de transfert s’appelle le greffage.

Il faut être bien équipé et minutieux pour greffer, car à leur jeune âge, les larves sont difficilement visibles à l’oeil nu!

Introduction des lattes dans la ruche

Ensuite, les lattes contenant les jeunes larves tout juste greffées sont introduites délicatement par l’apiculteur dans la ruche productrice de gelée royale. Cette ruche est un peu particulière car elle est divisée en deux parties: un côté contient la reine, qui pond sur les cadres libres; et l’autre côté est orphelin, seules les ouvrières y ont accès. Les lattes avec les larves sont introduites du côté orphelin, car si elles se trouvaient du même côté que la reine, cette dernière éliminerait l’élevage royal en devenir: une seule reine règne sur la colonie, aucun partage du pouvoir n’est possible!

Les nombreuses abeilles nourrices présentes du côté orphelin de la ruche vont alors élever les jeunes larves récemment introduites en remplissant les cellules artificielles de gelée royale. En effet, du côté orphelin, les abeilles ouvrières se croient orphelines car elles ne détectent pas la présence d’une reine. Aussi elles commencent un élevage royal pour préparer la naissance de la future reine de la colonie.

La récolteL’apiculteur laisse les lattes dans la ruche pendant 3 jours: pendant ce temps, les abeilles nourrices vont gaver les larves avec la gelée royale, et leur constituer un lit avec cette précieuse substance. C’est à ce moment là que la quantité de gelée royale contenue dans les cellules artificielles a atteint son maximum, environ 0,45g par cellule! L’heure est venue de les récolter!
Le coupage des cellulesAprès avoir récupéré les lattes, l’apiculteur rentre dans son laboratoire, pour extraire la gelée royale des cellules artificielles.

La première étape de l’extraction consiste à couper la partie supérieure des cellules que les abeilles ont construites en cire.

Le délarvageEnsuite, les larves sont enlevées de leurs cellules artificielles, soit à l’aide d’un petit outil, soit par aspiration à l’aide d’une pompe à vide.
et sa conservationLa gelée royale est ensuite immédiatement entreposée au réfrigérateur entre +2 et +5°C, afin de conserver toutes ses qualités exceptionnelles! Elle peut être conservée ainsi pendant 18 mois après la récolte, au frais, avant d’être consommée.